Voir tous les Blog-moto
Harley davidson road king - L'enfer du chrome

Une harley davidson mytique, le road king. Le rêve américain dans l'imaginaire collectif motard

Harley davidson road king

Tout petit, j'avais quasiment la même en poster dans ma chambre. Aujourd'hui, le Road King est devenu pour moi une réalité !



Espace Pub Disponible

L'enfer du chrome L'enfer du chrome


Quand on achète un Road King, on ne s'en rend bizarrement pas forcément compte du premier coup d'oeil (il faut d'ailleurs être aveugle), mais on achète la moitié des réserves de chrome de la planète.

Alors c'est certain, le chrome, ça claque, ça brille, ça en jette. C'est sans doute ce qui a fait une partie de la légende Harley Davidson. Tout ce vrai métal de haut en bas quand les Japonais, obsédés de la performance et donc de la légèreté, nous collent depuis des années du plastique à tous les étages.

Et puis les ricains, avec le bon goût qu'on leur connait, ce métal ils l'ont habillé de chrome histoire d'être vus de plus loin, de pouvoir en jeter plus que le voisin.

Mais voilà, ce gros coup de frime, il a un coût. En espèces sonnantes et trébuchantes lorsque vous faites le chèque au concessionnaire, mais surtout en temps. Eh oui, parce que ce p*utain de chrome, c'est comme les casseroles en cuivre de mamie, de temps en temps, il faut lui mettre son petit coup de chiffon.

Vous vous en doutez, si je me défoule maintenant ici, c'est que je viens d'y passer.
Sur le Road King, quand vous attaquez les chromes, vous vous apercevez qu'il y a toujours un endroit que vous avez oublié. Ils en ont collé partout, dans des tas de petits recoins inaccessibles avec vos gros doigts.
Au passage, je voudrais quand même remercier monsieur Ouator pour avoir inventé ce petit coton imprégné magique qui doit bien faire gagner la moitié du temps, mais la moitié qui reste est quand même sacrément longue.

Le pire, c'est qu'après avoir passé Dieu sait combien de temps à faire briller tout le bazar, content de vous, vous finissez la journée heureux, puis qu'après vous être levé le lendemain, heureux de voir le soleil briller, vous allez jeter un coup d'oeil à votre œuvre (je sais, c'est con, mais vous avez l'impression d'avoir restauré la chapelle Sixtine).

Et là, c'est le choc. Vous vous rendez compte qu'il y a des dizaines de centimètres carrés que vous aviez oubliés. Vous vous demandez même si des petits trolls ne sont pas venus chromer des trucs dans la nuit à votre insu en les salissant derrière.

Bref, y'a pu qu'a s'y remettre pour finir le boulot de goret fait hier. Si je me prends la flotte dans les jours qui viennent après ça, je sais d'avance que je vais piquer une crise.
Quand je vois que certains prennent du plaisir avec leur chiffon sur leur bécane. Moi, si je pouvais, je la mettrais au lave-vaisselle. Ce que j'aime, c'est rouler, pas faire le ménage.

Bon, c'est décidé, la prochaine, elle sera vachement moins chromée ! Je suis même à me demander si je ne vais pas me faire un « rats », avec les effets de rouille d'origine...

Posté par roadking le 15 avril 2012 0 commentaire - Soyez le 1er! Recommander


Retour à l'accueil de notre blog


  Flux RSS